L’HYPERSENSIBILITÉ ET MOI

IMG_2663

Par définition, l’hypersensibilité désigne une sensibilité plus haute que la moyenne et touche une personne sur cinq. Être hypersensible dans la société actuelle est un défi quotidien qui passe par une acceptation et une connaissance de soi même. Je suis hypersensible et j’en ai fait ma force.

J’aborde avec vous un billet d’humeur car j’ai ressenti le besoin d’évoquer ce sujet. Si on devait me décrire, les gens diraient de moi que je suis de nature froide et discrète. Si je devais y répondre, je rétorquerai qu’ils ont raison mais qu’ils ne voient que la partie émergée de l’iceberg.

L’ hypersensibilité n’est pas un défaut mais une force. Pourquoi? Car les hypersensibles sont des personnes qui ont une sensibilité exacerbée qui arrivent à s’en servir dans la vie de tous les jours de manière consciente ou inconsciente. Ils arrivent à stimuler leur côté créatif et réfléchi tout en gardant une distance avec autrui pour se protéger. Une sorte de carapace pour « survivre ».

De nombreux artistes souffrent de cette sensibilité accrue. Certains ont des émotions fortes, des crises d’angoisse ou tombent en dépression face à des situations qu’ils ne maitrisent pas. Et d’autres, arrivent à s’en servir pour se révéler talentueux.

Il y a un an encore, j’étais dans la même situation. Je n’arrivai pas à comprendre comment je pouvais changer d’humeur au détour d’une conversation, d’un regard ou d’un lieu où je ne me sentais pas bien. Dès lors, des crises d’angoisse m’envahissaient.

Mes sens sont décuplés lorsque je sens que je suis plus sensible qu’en temps normal. Les odeurs, les films, la musique, les débats tout est multiplié. Au lieu de m’énerver ou de me renfermer, je prends sur moi en faisant des exercices de respiration ou du sport. Je m’en sers également pour écrire ou peindre.

Oui, l’hypersensibilité est un atout lorsque on arrive à cerner sa propre sensibilité.

De nombreux hypersensibles se trouvent désarmer lorsque ils n’arrivent pas à se comprendre soi même. On se sent à part et différent. On doit s’adapter et apprendre à se comprendre soi même. Il faut se poser les bonnes questions. Analyser chaque situation et en trouver les réponses.

L’hypersensibilité prend du temps pour être comprise et surtout assumer. Il faut transformer le vecteur sensibilité en une force inépuisable. On s’auto-satisfait à se dire qu’on est pas comme les autres car nous seul mettons cette barrière.

Être plus sensible que la normale ne veut pas dire être différent. Cette nuance doit être comprise et assimilée.

Pour ma part, j’ai su faire la part des choses. Mon hypersensibilité a pu me desservir notamment dans le milieu affectif car je me sentais affaibli par des sentiments exacerbés qui pouvaient me rendre malade.

Dès lors que j’ai compris que je devais prendre du temps pour moi (car oui je dépensais plus d’énergie pour les autres que pour moi même), et surtout écouter mes émotions profondes, tout c’est éclairci.

Ma vie a changé.

Le positif attire le positif. Ces cinq mots sont véridiques. Savoir se défaire de ses peurs, angoisses, remords, regrets pour enfin se sentir libre et avancer.

Je vous conseille de lire l’œuvre d’Elaine N. Aron qui a pour titre  « Ces gens qui ont peur d’avoir peur » qui traite de l’hypersensibilité. C’est un ouvrage qui offre des réponses aux nombreuses questions qu’on se pose sur ce sujet. Si vous en connaissait d’autres je suis preneuse.

N’hésitez pas à me faire part de votre avis ou de votre expérience en commentaires.

 

 

signature

 

 

 

 

Laisser un commentaire